Quatre confinements dans la Bible : ou comment sortir plus forts de l’épreuve !

Quatre expériences de confinement ont été trouvées dans la Bible par des Religieuses confinées en leur Abbaye : Noé dans l’Arche, Jonas dans le ventre de la Baleine, les disciples au Cénacle le jour de la Résurrection puis Paul & Silas en prison. Quatre récits où l’homme est mis en retrait du Monde pour sauver, méditer, comprendre… autant d’exemples qui nous montrent comment Dieu agit auprès des  hommes dans les épreuves.

1er cas de confinement : Noé dans l’Arche (Gn 6 et 7) : Noé entre dans l’Arche qu’il a construite par obéissance à Dieu. Il s’y enferme avec toute sa famille et un couple d’animaux de chaque espèce de la Création. On imagine l’atmosphère de cohabitation à bord de l’Arche. Noé permet le salut d’un petit groupe de personne et de l’avenir de la création toute entière tandis que les hommes étaient engloutis dans le fracas du déluge « car la méchanceté de l’homme était grande sur la terre et son coeur ne formait que de mauvais desseins à longueur de journées » (Gn 6,5).

2ème cas de confinement : Jonas dans sa baleine (Jon2.1-11). Jonas prenait la fuite car il refusait d’obéir à Dieu qui lui demandait d’aller sauver la ville de Ninive. Il s’échappe par bateau & une tempête se lève : il tombe à la mer, une baleine l’avale. Jonas est retenu trois jours prisonnier dans les entrailles de la baleine. Ici, c’est plutôt la désobéissance qui a mis Jonas dans cette triste situation. Le confinement dans le ventre du gros poisson est pour rentrer dans les profondeurs de lui-même : dans cet espace clos, Jonas crie vers Dieu, il fait retour sur soi. C’est alors le lieu de son retournement, de sa conversion. « C’est le temps qu’il faut pour passer du néant à l’être, de l’enfermement en soi, à l’être qui fait être »

3ème cas de confinement : Les disciples au Cénacle, le jour de la Résurrection. Ils sont confinés par peur. Peut-être aussi par remords, par tristesse : Jésus est mort, il n’y a plus d’espérance, ils l’ont lâchement abandonné et maintenant les autorités juives les pourchassent. Mais Jésus vient, et se tient au milieu d’eux. Il leur donne son souffle et sa Paix, et les envoie à toutes les nations. Ce confinement est le point de départ d’un dynamisme missionnaire qui les portera jusqu’au bout du monde. Jésus vient ressourcer dans notre mission pour le monde.

4ème cas de confinement : Paul et Silas dans leur prison (Ac 16, 23-25). Paul et Silas, son compagnon de route sont non seulement confinés mais enchaînés, les pieds pris dans des ceps de bois… Plus de mission, immobilité complète… ! Et alors que font-ils ? Ils chantent les louanges du Seigneur, ils chantent avec cœur et dynamisme. C’est cette louange qui nous relie profondément, qui donne sens aux événements, qui tient et qui nous tient « C’est toi qui sur les temps maintient cette hymne », et c’est la louange qui est notre arme de combat : « rempart que tu opposes à l’adversaire » Ps 8. Que tu opposes à toute dramatisation, panique, découragement.

Alors, ne nous décourageons pas, l’issue se rapproche, nous en sortirons changés, plus forts !

Sources : les Soeurs de Saint François d’Assise, Abbaye de Pradines

 

Quatre expériences de confinement ont été trouvées dans la Bible par des Religieuses confinées en leur Abbaye : Noé dans l’Arche, Jonas dans le ventre de la Baleine, les disciples au Cénacle le jour de la Résurrection puis Paul & Silas en prison. Quatre récits où l’homme est mis en retrait du Monde pour sauver, méditer, comprendre… autant d’exemples qui nous montrent comment Dieu agit auprès des  hommes dans les épreuves.

1er cas de confinement : Noé dans l’Arche (Gn 6 et 7) : Noé entre dans l’Arche qu’il a construite par obéissance à Dieu. Il s’y enferme avec toute sa famille et un couple d’animaux de chaque espèce de la Création. On imagine l’atmosphère de cohabitation à bord de l’Arche. Noé permet le salut d’un petit groupe de personne et de l’avenir de la création toute entière tandis que les hommes étaient engloutis dans le fracas du déluge « car la méchanceté de l’homme était grande sur la terre et son coeur ne formait que de mauvais desseins à longueur de journées » (Gn 6,5).

2ème cas de confinement : Jonas dans sa baleine (Jon2.1-11). Jonas prenait la fuite car il refusait d’obéir à Dieu qui lui demandait d’aller sauver la ville de Ninive. Il s’échappe par bateau & une tempête se lève : il tombe à la mer, une baleine l’avale. Jonas est retenu trois jours prisonnier dans les entrailles de la baleine. Ici, c’est plutôt la désobéissance qui a mis Jonas dans cette triste situation. Le confinement dans le ventre du gros poisson est pour rentrer dans les profondeurs de lui-même : dans cet espace clos, Jonas crie vers Dieu, il fait retour sur soi. C’est alors le lieu de son retournement, de sa conversion. « C’est le temps qu’il faut pour passer du néant à l’être, de l’enfermement en soi, à l’être qui fait être »

3ème cas de confinement : Les disciples au Cénacle, le jour de la Résurrection. Ils sont confinés par peur. Peut-être aussi par remords, par tristesse : Jésus est mort, il n’y a plus d’espérance, ils l’ont lâchement abandonné et maintenant les autorités juives les pourchassent. Mais Jésus vient, et se tient au milieu d’eux. Il leur donne son souffle et sa Paix, et les envoie à toutes les nations. Ce confinement est le point de départ d’un dynamisme missionnaire qui les portera jusqu’au bout du monde. Jésus vient ressourcer dans notre mission pour le monde.

4ème cas de confinement : Paul et Silas dans leur prison (Ac 16, 23-25). Paul et Silas, son compagnon de route sont non seulement confinés mais enchaînés, les pieds pris dans des ceps de bois… Plus de mission, immobilité complète… ! Et alors que font-ils ? Ils chantent les louanges du Seigneur, ils chantent avec cœur et dynamisme. C’est cette louange qui nous relie profondément, qui donne sens aux événements, qui tient et qui nous tient « C’est toi qui sur les temps maintient cette hymne », et c’est la louange qui est notre arme de combat : « rempart que tu opposes à l’adversaire » Ps 8. Que tu opposes à toute dramatisation, panique, découragement.

Alors, ne nous décourageons pas, l’issue se rapproche, nous en sortirons changés, plus forts !

Sources : les Soeurs de Saint François d’Assise, Abbaye de Pradines

 

un exemple de confinement dans la Bible : l'arche de Noé